Diapason est un « think tank » qui veut poser des questions, nourrir le débat, valoriser les initiatives et favoriser l’innovation socio-économique et politique pour le développement de Madagascar

Publications thématiques

contact@diapason.mg

La reforestation de l’île peut-elle être une affaire rentable ?

Abstract

Cet article apporte une réponse à notre question : « Comment répondre au triple défi de la lutte contre le réchauffement climatique, de préservation de l’environnement et de développement d’une économie et d’une agriculture résiliente ? »

Pascale Tuseo Jeannot, auteure de cet article,  est la présidente fondatrice de l’ONG Lutte Contre la Drépanocytose à Madagascar (LCDM) et s’avère être,  dans ce cadre, une référente absolue en termes de problématique de santé publique à Madagascar.

Ces problèmes de santé et de développement humain ont en corollaire des logiques environnementales et de développement durable essentielles.

C’est dans ce cadre que Pascale Tuseo Jeannot s’est attachée aux problèmes de développement rural local et de reboisement.

Avec le Projet Floresta, ils nous proposent ici une voie originale. Les projets de reboisement et de reforestation sont en effet souvent (toujours ?) confrontés à un plafond de verre : ce sont des projets extrêmement couteux à faire aboutir et à entretenir.  La viabilité du projet relève de fait d’un problème de rentabilité économique faute de quoi ce sont des gouffres financiers difficiles à combler. Ceci n’assure que difficilement la viabilité long terme des opérations de reboisement.

Le Projet Floresta propose une approche nouvelle qui permettrait de dégager suffisamment rapidement des revenus conséquents pour assurer la pérennité de ces projets de reforestation et de développement local. La plantation de parcelles dédiées à la production accélérée, par des procédés greentech novateurs, de bois de teck – bois prisé à la très forte valeur ajoutée en termes de bois exotique – permet d’assurer la rentabilité globale du projet.

L’exploitation d’une parcelle de 700 ha à haute valeur ajoutée permet en effet, en rémunérant de manière substantielle les investisseurs. d’assurer la viabilité d’un projet étendu à, d’une part, 15 000 ha de reforestation et conservation et, d’autre part,  à 1 500 ha  de valorisation de projet  forêt communautaire. 

Cette forêt communautaire sert d’alternative à l’exploitation illégale des forêts tout en fournissant une source de développement économique aux communautés locales.

PLAN

  • 1. Le modèle

  • 2. Contexte : l’indispensable reforestation du territoire malgache

  • 3. Où on reparle de développement Durable

  • 4. Une triple exigence : l’exigence financière, l’exigence de rentabilité, l’exigence de durabilité

  • 5. Réinventer le reboisement et la conservation carbone en créant un nouveau modèle d’affaires

  • 6. Taux de croissance annuel du marché mondial du bois : 10% ; Taux de croissance annuel du marché du teck : 15%.

  • 7. Une approche holistique

  • 8. Un impact pour les communautés parties prenantes du projet

  • 9. Une méthodologie de mise en œuvre locale

  • 10. La FTN : Un véhicule pour financer le lancement et le développement de l’initiative

  • 11. Le Projet Floresta : le véhicule financier idéal pour un potentiel fonds de dotation ?

 –§–

Environnement et développement durable

Pascale Tuseo Jeannot – Juin 2023 – https://florestainternational.com/

Lire l’article en PDF : La reforestation de l’île peut-elle être une affaire rentable 

Lien :  

Diapason

Diapason est un « think tank » dont le dessein est d’élaborer des analyses et poser des questions afin de favoriser l’innovation pour le développement de Madagascar

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Comité de Rédaction