Diapason est un « think tank » qui veut poser des questions, nourrir le débat, valoriser les initiatives et favoriser l’innovation socio-économique et politique pour le développement de Madagascar

Publications thématiques

contact@diapason.mg

Sommaire

Discours fondateur

Le regard que l’on peut porter sur Madagascar et sur son devenir en termes de développement à l’horizon 2050 est nécessairement et légitimement inquiet. L’évolution des indicateurs économiques et humains, les courbes qui tracent les indices de croissance et de développement que l’on connait depuis l’indépendance laisse mal augurer de l’atteinte à moyen terme des 17 ODDS et de la satisfaction de leurs critères d’évaluation qui couvrent, on le sait  l’intégralité des enjeux de développement dans tous les pays à savoir le climat, la biodiversité, l’énergie, l’eau, la pauvreté, l’égalité des genres, la prospérité économique, la paix, l’agriculture, l’éducation, etc.

Les problèmes d’instabilité politique, les carences de la gouvernance et la faiblesse des programmes politico-économiques qui tracent à Madagascar des croissances non inclusives depuis 60 ans sont le frein aux tentatives de satisfaction de ces objectifs de développement durable.

La situation est, on le sait, d’une précarité et d’une dangerosité extrême. Une projection à 2050 s’avère des plus préoccupantes. Il semble pourtant que le pays navigue encore et toujours à vue.

  • La crise Covid-19 a mis en lumière les faiblesses et les dangers potentiels que le retard de développement de la Grande Ile fait peser sur ses populations. Le PIB en 2020 a atteint -9,4%.
  • L’impact de la guerre en Ukraine sur l’inflation, les pénuries, l’énergie, la diplomatie, la chaîne logistique, alourdit considérablement le quotidien des malgaches.
  • Le contexte géopolitique complexe actuel remettant en cause un ordre mondialement établi ipso facto,  positionne Madagascar dans un jeu géo-politico-économique incertain.
  • Et dans le contexte de réchauffement et de dérèglement climatique actuels, les populations qu’on espérait voir sortir de la pauvreté sont au contraire en train d’y replonger de manière encore plus dramatique.

Au niveau endogène, l’incapacité à fédérer et mobiliser les collectifs autour d’une vision et d’un programme de développement adapté, pensé et négocié est certainement à la genèse de l’instabilité politique du pays.

Pourtant, on pourrait croire qu’il n’est nul besoin de chercher à inventer une nouvelle pensée programmatique après « Madagascar vision 2030, après le MAP, après le Plan National de Développement (PND) et le Fisandratana 2030, ou l’Émergence Madagascar 2030 de l’IEM.

Tous ces programmes, bien que remis systématiquement en cause à chaque changement de régime, veulent tous, c’est un truisme, répondre aux mêmes enjeux : satisfaire les besoins sociaux de santé, d’éducation, d’alimentation d’habitat, d’emploi, d’équité et d’intégration des populations ; satisfaire les besoins de sécurité ; assurer la création de richesses et l’amélioration des conditions de vie matérielles des populations dans un souci d’efficacité économique, d’équité sociale et de préservation de l’environnement.

L’orientation générale de ces projets politico-économiques est globalement établie : c’est celle des dix-sept Objectifs de Développement Durable de l’ONU évoqués plus haut. Le cap en est fixé par les 244 critères d’atteinte de ces objectifs.

Mais, de fait, la question est : souhaitons-nous un changement des fondamentaux actuellement en place (ultralibéralisme, inégalités et corruption, inefficience de la gouvernance, incapacité à poser un modèle de développement inclusif) ?

Ou bien, le Momentum que nous vivons ne nous permet il pas d’imaginer un nouveau projet de société ou tout au moins d’en tracer l’alternative ?

Assurément oui. Il faut cesser de privilégier les grands argentiers et donneurs satisfaits par l’exercice d’un formalisme exigé, au détriment d’une réelle prise en compte de l’être malgache dans la plénitude de son identité, de sa culture, de sa potentialité, de son devenir. L’ambition de Diapason, Think Tank, est de produire du contenu alternatif, études, rapports, synthèses, livres blancs, programmes, analyses… Contenu qui a vocation de susciter et d’éclairer le débat.

Eléments différentiateurs de ce Think Tank

Nous avons l’ambition de tracer un chemin différent qui ne serait pas réservé aux seuls travaux d’experts sur leurs paillasses de laboratoire, mais qui veillerait à l’intégration, dans la réflexion, du plus grand nombre d’acteurs mobilisés sur ce projet : techniciens, scientifiques, paysans, enseignants, entrepreneurs, fonctionnaires, société civile, politiques, universitaires, chercheurs en assurant la diversité générationnelle et géographique et en œuvrant pour la synergie symbiotique entre les acteurs de la diaspora et les acteurs locaux.

Diapason, Think Tank, trans-territorial entre acteurs de la Diaspora et acteurs de la Grande Ile, veut faire le pont entre les deux rives ICI et LÀ-BAS pour rassembler, sur un projet résolument apolitique, toutes les intelligences toutes les expériences de tous les malgaches pour fournir des éléments de débat et de réflexion à tous les acteurs organisations, entreprises, institutions et citoyens.

Diapason mobilisera des acteurs par thématiques, les rassemblera par groupes de travail, garantira la synthèse de leurs travaux et en assurera la diffusion et la publication.

Diapason proposera un cadre technique, logistique, méthodologique et communicationnel pour assurer la meilleure tenue de nos travaux de réflexion et leur publication.

Nous fonderons les travaux, les réflexions et la production de notre Think Tank sur l’idée que nous pouvons ensemble avoir  le projet d’une nouvelle société malgache à imaginer, projet fondé sur des principes et des valeurs caractérisés au sein de la charte des valeurs de Diapason.

Comité de Rédaction